Sélectionner une page

Nous nous sommes promis cela pendant longtemps. En fait, je l’ai proposé et il a hoché la tête en souriant : “Je n’ai jamais été là. J’aimerais bien”.
Je me suis immédiatement sentie satisfaite. Pouvoir partager l’expérience de la “première fois” d’une personne est un privilège rare. Quand cette personne est votre il…
Mais l’occasion s’est présentée tardivement. Finalement, un après-midi de la mi-décembre, la décision a été prise. Hors du temps gris, terne et triste. Mieux vaut tout laisser tomber, s’enfuir et revenir à la station thermale.
“Vous devez vous expliquer. Je ne sais pas comment ça marche”, dit-il avec un air innocent et une pointe de malice devant l’entrée. Il sait que j’aime qu’il dise cela.
“C’est facile, on s’inscrit et ils nous donnent des pantoufles et des peignoirs”, dis-je en poussant la porte d’entrée.
Nous entrons dans un hall avec de lourdes décorations noires. Tout semble sombre et plein de promesses et suscite un mélange de curiosité et de peur. Après s’être inscrits et avoir changé de vêtements, nous nous rendons dans nos peignoirs blancs le long d’un couloir mal éclairé.
“Où m’emmenez-vous ?”, dit-il en riant, en me tenant la main.
“Allons là-bas, voir si ça vous plaît”, dis-je en désignant une pièce au fond.
Au milieu de la pièce sombre aux mille carreaux gris, un bassin circulaire rempli d’une eau bleue invitante brille de tous ses feux. Il n’est pas si grand et semble avoir été fait spécialement pour nous. Nous enlevons nos peignoirs qui nous habillent et, dans notre nudité simple et romanesque, nous nous glissons dans l’eau avec un léger bruit sourd. Je suis heureux d’être enfin seul avec lui. Je penche ma tête sur son épaule. Il me caresse légèrement le dos et me donne de délicieux baisers le long du cou. Je sens mon corps légèrement pincé par la myriade de petites bulles poussées vers la surface et stimulé par la douceur de son toucher et tellement abandonné que je laisse toutes mes pensées et mes soucis s’évanouir. Nous sommes ici totalement enveloppés de bien-être et réconfortés par la présence de l’autre.
J’entends un soudain jet d’eau : c’est un homme qui a décidé de rester avec nous dans la baignoire. Je suis déçu : comment ose-t-il se faufiler dans notre microcosme intime !
Je me tourne dans l’autre sens, déterminé à l’ignorer. Continuons avec les baisers et la tendresse. Je me relève avec mon bras et je me blottis mieux. Je veux juste oublier qui je suis et me rafraîchir dans cette chaleur rassurante. C’est agréable, vraiment agréable d’être ici !
“On y va maintenant ?” me dit-il. Je me lève à contrecœur et je quitte cette pièce. Nous nous aventurons dans le couloir, après les douches et dans la grande salle où nous trouvons une baignoire rectangulaire beaucoup plus grande. Peu de gens sont immergés dans l’eau fumante, apparemment distraits. Nous descendons les marches et nous nous retrouvons nous aussi immergés. Nous nous regardons en silence, suspendus et bercés. Il me sourit et il ne se passe pas grand-chose lorsqu’il étend sa main derrière mon cou, sur mes épaules, glisse le long de ma poitrine, effleure mes mamelons et plonge entre mes jambes. Mes yeux sont fermés, je flotte dans cette suspension magique sans gravité et sans inhibitions. Ses doigts savent où appuyer et ils vont droit au but. Il ne faut pas grand chose pour que je me sente tout éveillé et emporté par les vagues de plaisir qui se répandent dans l’eau.
Maintenant, je veux m’occuper de lui et lui demander de s’asseoir au bord de la piscine. Il est prêt et je l’accueille dans ma bouche. Je commence un mouvement ondulant et je sens la chapelle bondir sous mes coups. Ses yeux sont à moitié fermés et je sens un silence pur autour de moi. Dans ma tête, j’exclue tous les participants. Il n’y a que lui et moi. Lui me lâchant et moi l’enveloppant tout autour.
Il apprécie mes soins, puis il descend dans l’eau et s’assied sur le banc qui longe la baignoire. Je m’accroupis sur lui, nous nous embrassons avec impatience et je perds de plus en plus la face de l’endroit. Ma tête est envahie par des sensations de plaisir presque oniriques et nous nous glissons légèrement l’un dans l’autre. Avec une détermination masculine qui me surprend, il s’éloigne du siège et nous nous retrouvons au milieu de la baignoire, lui debout et moi serrée contre lui avec mes cuisses entourant ses hanches. Je deviens fou de désir car il me possède de plus en plus intensément et une puissante vibration s’empare de moi et me secoue en me laissant perdu et haletant car tout tourne autour de moi. A l’intérieur de moi, une petite voix dit que je suis une sale fille qui baise toute nue dans l’eau devant je ne sais qui, alors je décide de l’ignorer en m’enfonçant en moi et en excluant de la conscience tout et tout le monde. Rien que nous deux, son mouvement magique en moi et le flux de plaisir qui m’envahit de la tête aux pieds.
Je ne ressens plus rien d’autre que son corps et notre désir. Il devient un achèvement de moi dans une harmonie totale que je réalise que j’ai longtemps attendu.
Plus tard, vous me direz que vous avez eu du mal à tenir quelques hommes à distance. “Mais vous n’avez rien remarqué ?”
Non, chérie, je serais morte de honte. Je n’ai jamais été un exhibitionniste. Mais la pensée de ces hommes qui nous entourent et qui se contentent d’une réverbération de notre passion me fait vibrer. Ce n’est pas mauvais de se sentir comme un protagoniste. Être au centre du regard de quelqu’un d’autre. Cela me donne un frisson que je ne connaissais pas.
Après être restés dans la baignoire, nous décidons de sortir et de nous sécher. Nous continuons notre patrouille. Je sais ce qu’il veut : un endroit où l’on peut rester ensemble et continuer à s’aimer.
Nous trouvons une chambre avec des matelas et osons poser une serviette à côté d’un couple qui fait l’amour pour notre plan cul adultère.
Maintenant, ils sont très excités et je me sens désirée et belle quand elle me prend dans ses bras et m’embrasse. Nous sommes tous les deux haletants et au bout d’un moment, il me baise si fort que mes murmures deviennent de véritables cris. Je suis négligent. Je veux crier et hurler et faire savoir à tout le monde combien j’aime ça.
Une main inconnue me lèche légèrement la jambe. Mais qui est-ce ? Je suis sur le dos et je n’ai pas envie de me retourner pour détourner mon attention. La main monte jusqu’à ma cuisse et devient plus audacieuse. Je suis surpris que Marco ne chasse pas cet intrus. Il m’a défendu avec acharnement juste avant. Est-ce un consentement tacite ? Mais je suis trop occupé pour donner de l’importance à cette main anonyme qui me caresse avec une grâce persuasive. Après tout, si vous voulez une miette de notre passion pour la prendre… Je me sens indulgent.
Soudain, le gars se tient devant moi et cherche ma bouche pour son sexe. J’accepte dans une nouvelle remise en question que je suppose avoir tacitement accepté avec Marco.

Pourquoi pas ? Nous découvrons ensemble ce qui peut arriver, ce qui pourrait nous plaire.
Enfin, lorsque nous quittons cet endroit et que nous sortons dans l’air frais de la nuit, j’ai le sentiment que nous avons touché une nouvelle corde qui nous a procuré des moments parfaits. Les évoquer me fait du bien.